L’Ukraine s’irrite elle aussi du Centenaire de la « Grande Roumanie »

| |

Lundi, les services de sécurité ukrainiens ont perquisitionné le Centre culturel roumain de Tchernivtsi pour « atteinte de l’intégrité de l’État » et détenu son directeur pendant la soirée. Un raid qui ravive les tensions entre Bucarest et Kiev sur fond de querelles irrédentistes.

Par Nicolas Trifon Grande Roumanie, Grande Hongrie, Grande Ukraine Fin 2017, de concert avec les autres minorités et en accord avec les consignes de Moscou, les représentants de la minorité roumanophone ont vivement protesté contre la nouvelle loi sur l’éducation qui établit l’ukrainien comme la seule langue d’étude dans les écoles du primaire et du secondaire. Ils ont partiellement obtenu satisfaction : Kiev a repoussé la mise en application de la loi à 2023. Depuis la chute de Ceauşescu, les différents gouvernements roumains se sont bien gardés d’exiger quoi que ce soit de la part de Moscou ou de Kiev, se contentant de rappeler leurs « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous