Minorités en Serbie : l’albanais, la « langue de l’autre »

| |

S’il n’y avait pas eu la guerre au Kosovo, quel serait le statut de la langue albanaise en Serbie ? Aujourd’hui perçu comme très défavorable par une grande majorité, l’albanais n’est plus guère parlé à Belgrade qu’à la mosquée et à l’université, au département de Langue, littérature et culture albanaises de la Faculté de Philologie.

Par Marija Mandic, Ana Sivacki et Valdete Osmani Le manque d’adéquation entre les lois et leur application est une caractéristique de tous les États de l’Europe centrale et du Sud-Est. L’utilisation officielle de la langue albanaise en Serbie ne fait pas exception, un rapport du Conseil national albanais jugeant qu’elle n’est pas en conformité avec les lois très avancées que le Parlement serbe a votées pour la protection des minorités et des langues des minorités. Dans ce rapport, l’administration serbe est critiquée pour n’avoir pas traduit en albanais les lois républicaines les plus importantes. Les extraits de naissance et de décès sont (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous