Au Kosovo, les mémoriaux à la gloire de l’UÇK poussent comme les champignons

| |

On en compterait plus de 1600, sur à peine 11 000 km2... Depuis deux décennies, les monuments à la gloire des héros de l’UÇK se sont multipliés au Kosovo, sans aucune réglementation. Dans le même temps, les nouvelles autorités ont tout fait pour effacer le passé yougoslave. Savoir faire une place à la mémoire et à l’histoire est pourtant primordial pour faire société.

Traduit et adapté par Nerimane Kamberi (article original) Inauguré en 1961, le cimetière des partisans de Pristina, était le complexe mémoriel le plus célèbre de l’ère communiste au Kosovo. Aujourd’hui, il est dans un état déplorable. Plusieurs grandes figures de l’histoire kosovare sont pourtant enterrées sur le site, connu sous le nom de « cimetière des martyrs » : Ibrahim Rugova, symbole de la résistance pacifique et premier président de l’après-guerre, Adem Demaçi, le « Mandela du Kosovo », et Ahmet Krasniqi, l’ancien ministre de la Défense tué à Tirana. De même que plusieurs anciens combattants de l’UÇK... Et six guérilléros tués à Kumanovo en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous