La Serbie intensifie son lobbying contre l’indépendance du Kosovo, Pristina riposte

| |

Mardi 31 octobre, le Suriname annulait sa reconnaissance de l’indépendance du Kosovo. Puis la Guinée-Bissau a fait de même le 22 novembre. Le 26, Pristina a annoncé en revanche la reconnaissance de Madagascar. Alors que le Kosovo s’apprête à fêter le 10ème anniversaire de sa déclaration unilatérale et que le « dialogue » reprend à Bruxelles, Belgrade et Pristina tentent de marquer des points, au risque de se tirer une balle dans le pied.

Par Ljudmila Cvetković La Serbie est convaincue qu’après le Suriname et la Guinée-Bissau, d’autres États vont revenir sur leur reconnaissance du Kosovo. C’est ce qu’a laissé entendre le chef de la diplomatie serbe, Ivica Dačić, lors de sa récente visite en Argentine. La relance de ce lobbying anti-reconnaissance peut-il se mettre en travers de l’intégration européenne de la Serbie alors que Bruxelles insiste sur la normalisation des relations entre Belgrade et Pristina ? « Si certains pensent pouvoir nous faire du chantage à l’adhésion à l’UE, ce qui est contraire à toutes les normes et règles européennes, ils se trompent lourdement », (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous