Exilés russes en Serbie : « Pas de retour tant que Poutine sera vivant »

| | |

Dès l’annonce de la « mobilisation partielle » décrétée par Vladimir Poutine le 21 septembre dans le cadre de la guerre en Ukraine, des milliers de jeunes Russes ont fui leur pays pour trouver refuge à l’étranger, notamment en Serbie où ils n’ont pas besoin de visa.

Par Philippe Bertinchamps « J’avais prévu d’arriver à Belgrade lundi 26 septembre avec ma femme et mon fils de quatre ans, mais la mobilisation a accéléré notre départ. » Dimitri, 32 ans, peine à retenir son émotion. Ce responsable service clients dans une entreprise de mode à Moscou a débarqué à l’aéroport Nikola Tesla, en Serbie, via l’Arménie et le Qatar. « Nous avions réservé un vol direct Air Serbia, mais j’ai changé nos billets à la dernière minute le 20 septembre, la veille de la mobilisation. Les autorités russes parlent d’une mobilisation partielle. En réalité, il suffit de lire les journaux pour comprendre que tout le monde peut être (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous