Entre Slovénie et Croatie, « le narcissisme des petites différences »

| |

Dans les années 1990, la « fraternité et l’unité » yougoslave ont laissé place au « diviser pour mieux régner ». Fini « l’État commun », place à de petits pays périphériques, simples pions des grandes puissances. L’interminable conflit slovéno-croate autour du Golfe de Piran est l’une des meilleures illustrations de cette nouvelle allégeance des Balkans. Analyse.

Par Anej Korsika La longue saga des différends frontaliers non résolus entre la Slovénie et la Croatie revient régulièrement sur le devant de la scène diplomatique, malgré le ridicule des protagonistes et l’enlisement des procédures juridiques. La souveraineté de l’État devient LA question cruciale alors qu’elle est pourtant, depuis longtemps déjà, déléguée aux grands pouvoirs internationaux. Voilà une pièce de théâtre au scénario bien pathétique. Depuis l’éclatement de la Yougoslavie, la Slovénie et la Croatie tentent en vain de résoudre leurs différends frontaliers. Le plus célèbre d’entre eux se situe au niveau du golfe de Piran, qui permet de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous