« Retour des djihadistes » : Emmanuel Macron fait scandale en Bosnie-Herzégovine

| |

« La Bosnie-Herzégovine, confrontée au retour des djihadistes, est une bombe à retardement qui fait tic-tac à côté de la Croatie. » Les propos d’Emmanuel Macron dans un entretien accordé à The Economist font scandale à Sarajevo. L’ambassadeur de France est convoqué pour explications.

Cet article est accessible gratuitement pour une durée limitée. Pour accéder aux autres articles du Courrier des Balkans, abonnez-vous !

S'abonner

Par Aline Cateux

© Kremlin

L’ambassadeur de France en Bosnie-Herzégovine, Guillaume Rousson, est convoqué en urgence ce vendredi par le Président bosnien en exercice, le Croate Željko Komšić. Cette demande d’explications fait suite aux déclarations d’Emmanuel Macron dans une interview donnée à The Economist, parue jeudi 7 novembre. Le Président français y qualifie la Bosnie-Herzégovine de « bombe à retardement au sein de l’Europe », conséquence d’un retour supposé massif de djihadistes en provenance de Syrie.

Des propos qui ont été très mal accueillis à Sarajevo, où certains rappellent que la Bosnie-Herzégovine compte dix fois moins de citoyens partis se battre en Syrie que la France. D’autres ironisent sur le fait qu’Emmanuel Macron n’a pas dû lire les rapports successifs du Département d’État américain faisant état de l’engagement de la Bosnie-Herzégovine dans la lutte antiterroriste et rappelant qu’aucun incident terroriste n’a eu lieu sur le sol bosnien depuis des années, alors que le pays a renforcé son arsenal législatif pour lutter contre les attentats.

Ces déclarations rappellent fâcheusement celles de la Présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović qui avait expliqué l’année dernière que la stabilité régionale serait menacée par le retour de « 10000 djihadistes » en Bosnie-Herzégovine. Ces propos faisaient suite à une tentative délibérée d’intox des services secrets croates visant à discréditer Sarajevo.

Après le « non » opposé mi-octobre par la France à l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Albanie et la Macédoine du Nord, les observateurs bosniens soulignent à quel point l’attitude d’Emmanuel Macron sur l’élargissement continue de décrédibiliser l’UE, notamment au sein de l’opinion bosnienne. Il y a quelques jours,le président français avait déjà choqué Sofia en évoquant de mystérieuses « filières bulgares de l’émigration » dans un entretien à l’hebdomadaire français d’extrême-droite Valeurs actuelles.

La chancelière allemande Angela Merkel a fermement condamné les propos du Président français, précisant que de telles déclarations ne faisaient rien avancer et ne servaient à personne.


Cet article a été publié avec le soutien de la Heinrich Böll Stiftung