Cybercriminalité : la Roumanie est-elle un incubateur de hackers ?

| |

Début novembre, le vaste coup de filet international contre les groupes de pirates informatiques REvil et GrandCrab, a permis d’arrêter deux Roumains accusés de s’être enrichis grâce aux rançongiciels. Dès les années 2000, les « exploits » médiatisés de hackers avaient placé la Roumanie haut sur la carte de la cybercriminalité mondiale. Décryptage.

Par Florentin Cassonnet Le 4 novembre, deux Roumains ont été arrêtés à Constanța à la suite d’une opération de police contre les pirates informatiques. Ils sont soupçonnés de faire partie de deux grands réseaux internationaux REvil et GandCrab, qui ont lancé des attaques aux rançongiciels, ou ransomeware, contre des milliers d’entreprises du monde entier, extorquant des centaines de millions de dollars. Ce n’est pas la première fois que des Roumains sont associés à la cybercriminalité. Voilà dix ans, en 2011, Le Monde titrait déjà sur ces « pirates roumains d’Hackerville » qui « tiennent tête aux polices du monde entier ». « Hackerville », c’est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous