Croatie : Borivoj Dovniković-Bordo, ou la caricature comme art de vivre

| |

Durant plus de cinquante ans, Borivoj Dovniković-Bordo a dessiné les maux de la société qui l’entoure. Figure historique de l’École du cinéma d’animation de Zagreb, compagnon de route du grand réalisateur Dušan Vukotić, il portait un regard aiguisé sur les hommes politiques dirigeant la Croatie. Il est décédé le 8 février à Zagreb, à l’âge de 92 ans. Novosti l’avait interviewé en 2018. Archive.

Propos recueillis par Nada Beroš Borivoj Dovniković-Bordo est caricaturiste, graphiste, auteur de films d’animation plusieurs fois primés. Il se voit aussi comme un « créateur linguistique amateur », un conteur qui ne laisse pas une phrase au hasard (il a d’ailleurs révisé, coupé, complété et corrigé des jours durant l’entretien qui suit). Et il s’attache, semaine après semaine, à dénoncer les malaises de la société croate. Novosti (N.) : Commençons notre entretien en 1941. Vous avez dix ans, vous êtes un jeune garçon réfugié à Belgrade et vous remarquez dans la vitrine d’une épicerie une phrase écrite à la main : « Pas de farine ». L’écriture (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous