La Bulgarie à l’avant-garde du capitalisme sauvage

| |

Salaires impayés, licenciements sans préavis, mortels accidents du travail, grèves de la faim du désespoir. Des enjeux qui ont pourtant été délibérément oubliés pendant la dernière campagne électorale alors qu’ils préoccupent plus que jamais les citoyens. Bienvenue en Bulgarie, pays symbole du nouveau capitalisme sauvage.

Par Žana Coneva La campagne électorale pour les élections législatives bulgares du 26 mars s’est focalisée sur la lutte contre la corruption, la réforme de la justice et la sécurité. En revanche, les questions sociales ont été les grandes absentes du débat, hormis un vague engagement d’augmentation des retraites. Pourtant, ces dossiers sont parmi ceux qui inquiètent le plus les Bulgares. À Vetren, dans le sud de la Bulgarie, les employés d’une usine de chaussures ont lancé une grève pour réclamer le paiement de leurs salaires, qu’ils attendent depuis des mois. En février, plusieurs d’entre eux ont été licenciés sans préavis ni indemnités par (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous