Balkans route calling : une caravane contre les frontières, de Trieste à la Bosnie-Herzégovine

| |

C’était la première manifestation sur les frontières européennes depuis la début de la pandémie. Samedi, une caravane a réuni des dizaines de militant.e.s de la solidarité de Trieste à la frontière croato-bosnienne pour dénoncer les politiques européennes de (non)-accueil des réfugiés.

Par Jean-Arnault Dérens et Simon Rico Ils étaient une centaine samedi midi au poste frontière de Pesek entre Slovénie et Italie : des militant.e.s des collectifs de solidarité avec les réfugiés, venus de toute l’Italie. « Cette manifestation a pour but d’exprimer notre opposition absolue à la politique européenne de gestion des migrations. Ici et dans les Balkans, sur sa frontière orientale, l’Union européenne cherche à bloquer les exilés en construisant un système de camps qui rappelle l’époque nazie », explique Gian-Andrea. Son collectif, Linea d’ombra, accueille et soigne les réfugiés à leur arrivée à Trieste, sur le square de Piazza Libertà, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous