Chantage dans les Balkans : comment l’UE externalise ses politiques d’asile

| |

Priorité à la collecte de données des personnes exilées dans les Balkans : l’UE externalise la gestion des migrations, au détriment de l’accueil et au risque d’aggraver encore un peu plus les violations de droits humains le long de la route des Balkans. L’analyse de Migreurop.

Cette possibilité semble être exploitée en Albanie, où des officiers de Frontex sont déployés à la frontière grecque. Depuis le début de l’opération lancée en 2019, l’agence veille à ce que les personnes interceptées à la frontière par la police albanaise soient emmenées dans des camps de containers, où elles sont enregistrées avant d’être généralement refoulées en toute illégalité vers la Grèce. Selon divers témoignages, les officiers de Frontex compareraient les données collectées à l’occasion de cette procédure d’enregistrement dans diverses bases de données européennes (SIS, Europol, Eurodac…). En janvier 2020, le Conseil avait d’ailleurs déjà évoqué cette (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous