Balkans : ces fresques qui célèbrent les criminels de guerre

| |

Plus d’un quart de siècle après la fin des combats en Bosnie-Herzégovine et en Croatie, la guerre continue de faire rage sur les murs. Les fresques à la gloire des criminels de guerre fleurissent un peu partout, avec le soutien tacite des autorités. Au contraire de ceux qui veulent les effacer, accusés d’être des « traitres à la nation ». Tour d’horizon régional.

Par Marion Roussey (à Sarajevo), Dimša Lovpar (à Zagreb) , Jasna Tatar-Anđelić (à Cetinje), Philippe Bertinchamps (à Belgrade) Le 20 novembre à Novi Sad (Voïvodine), des inconnus ont apposé dans les rues des plaques bleues « Boulevard Ratko Mladić ». La rue du Front populaire a ainsi été officieusement rebaptisée du nom du responsable du génocide de Srebrenica. Une action qui n’est pas sans rappeler les affiches similaires autrefois placardées par l’actuel Président de la Serbie et du Parti progressiste serbe (SNS), Aleksandar Vučić, quand il était un haut-responsable du Parti radical serbe (SRS, extrême-droite) dans les années 1990. À Liman, le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous