Albanie : impossible réforme de la justice ?

| |

Le Parquet demande l’arrestation de Saimir Tahiri, ancien ministre de l’Intérieur, mais le Parti socialiste et le gouvernement d’Edi Rama s’y opposent. Ce scandale politique et judiciaire bouleverse l’Albanie, alors que la réforme de la justice, exigée par l’Union européenne, fait du surplace. L’analyse de Hekor Ruci, spécialiste des droits de la personne et fin connaisseur du système judiciaire de son pays.

Propos recueillis par Louis Seiller Le Courrier des Balkans (CdB) : La polémique actuelle autour de « l’affaire Tahiri » met de nouveau en lumière les liens obscurs entre la classe politique albanaise et le crime organisé. Le soutien apporté par l’actuelle majorité à l’ancien ministre de l’Intérieur peut-il entamer la crédibilité de la réforme de la justice qui est en train d’être mise en œuvre ? Hektor Ruci (H.R.) : L’intention majeure de la réforme et des nouvelles procédures d’évaluation des juges et des procureurs (Vetting), récemment adoptées, était précisément de faire en sorte que le système judiciaire soit à même de poursuivre les personnes (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous