Albanie : des élections municipales à hauts risques

|

Malgré le boycott de l’opposition et le décret présidentiel appelant à leur report au 13 octobre, le Premier ministre Edi Rama a maintenu les élections municipales de dimanche. Alors que la campagne a été marquée par des violences, l’opposition dénonce « le retour du parti unique ». La participation finale s’élèverait à 21,6% des inscrits (15% selon l’opposition). Notre fil infos.

Seuls quelques petites formations politiques ou candidats indépendants sont en lice, les deux principaux partis d’opposition, le Parti démocratique (PD) et le Mouvement Socialiste pour l’Intégration (LSI) ayant décidé de boycotter ces municipales. Dans 35 des 61 municipalités du pays, un unique candidat socialiste se présente. Jugeant ce scrutin anti-démocratique, le Président Ilir Meta avait demandé le 10 juin son report afin de permettre aux partis de dialoguer. C’était pour lui la « seule possibilité » d’« éviter un conflit civil et une déstabilisation du pays ». Mais, grâce au soutien du collège électoral, Edi Rama, a fait annuler cette décision. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous