Albanie : des élections municipales à hauts risques

|

Malgré le boycott de l’opposition et le décret présidentiel appelant à leur report au 13 octobre, le Premier ministre Edi Rama a maintenu les élections municipales de dimanche. Alors que la campagne a été marquée par des violences, l’opposition dénonce « le retour du parti unique ». La participation finale s’élèverait à 21,6% des inscrits (15% selon l’opposition). Notre fil infos.

Le Parti démocratique (PD, opposition) a identifié une série d’incidents électoraux depuis ces premiers moments de la campagne jusqu’à ce jour. • Parti pris politique de la prise de décision de la Commission électorale centrale (CEC) de tenir les élections le 30 juin. • Contrôle du gouvernement sur le collège électoral. • Déni du droit de l’opposition de faire partie à l’administration électorale. • Rejet sans précédent de l’appel du collège électoral. • Absence des commissaires de l’opposition dans les centres de dépouillement de vote. • Recours à la police pour administrer les élections. • Enregistrement illégal à la Cour et à la CEC du parti Bindja (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous