Municipales contestées en Albanie : « les élections imaginaires » d’Edi Rama

| |

Le gouvernement est toujours décidé à maintenir les élections locales de dimanche, malgré le boycott de l’opposition et l’annulation du scrutin par le Président de la République. Alors que des dizaines de militants d’opposition ont été arrêtés ces derniers jours, le Conseil de l’Europe a annulé sa mission d’observation.

Par Katerina Sula Va-t-on assister au retour du parti unique en Albanie ? Malgré le boycott des élections municipales de dimanche par l’opposition et un décret présidentiel appelant à leur report, le Premier ministre socialiste Edi Rama continue sa campagne en solo et accuse ses adversaires de « nuire aux intérêts nationaux », alors que Tirana espère obtenir l’ouverture de ses négociations d’adhésion à l’UE. Face au PS, seuls se présentent quelques rares candidats, issus pour la plupart de nouveaux petits partis. Mardi, le Président de la République, Ilir Meta, a rappelé que c’est au chef de l’État que revenait le droit exclusif de fixer la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous