Les dernières infos | Réfugiés Balkans • Nidžara Ahmetašević remise en liberté à Sarajevo

|

La « route des Balkans » est théoriquement fermée depuis mars 2016. Pourtant, des milliers de réfugiés continuent d’avancer sur les routes de la région, malgré les murs de barbelés et les frontières fermées. C’est aujourd’hui la Bosnie-Herzégovine qui s’impose comme une étape privilégiée pour tenter d’accéder à la Croatie et au territoire de l’UE. Retrouvez toutes nos infos en continu et en accès libre.

Cet article est accessible gratuitement pour une durée limitée. Pour accéder aux autres articles du Courrier des Balkans, abonnez-vous !

S'abonner

Par la rédaction

Nidžara Ahmetašević remise en liberté à Sarajevo

6 mars - 21h : La journaliste et militante Nidžara Ahmetašević a été remise en liberté dans la soirée. Elle avait été arrêtée rue Zagrebačka, dans le centre de Sarajevo, et placée en garde-à-vue pour 24h pour « violation de l’ordre public et de la paix » et « refus d’obéir aux ordres » de la police. Elle a notamment filmé des policiers.

Très engagée dans le soutien aux exilés, souvent victimes de menaces, Nidžara Ahmetašević a été placée sous la protection du réseau Front Line Defenders.

Un enfant meurt dans l’incendie d’un camp de réfugiés en Grèce

24 février - 9h : Un incendie s’est déclaré mardi soir dans le camp de réfugiés de Thiva, à une cinquantaine de kilomètres au nord d’Athènes, et un enfant a été retrouvé mort, ont annoncé les sapeurs-pompiers grecs. Les causes de l’incendie n’étaient pas connues en début de soirée.

Il y a trois jours, deux incendies apparemment accidentels ont détruit deux tentes sans faire de victime dans deux camps, sur l’île de Lesbos et dans le nord de la Grèce. L’hiver, alors que les tentes dans les camps ne disposent que rarement de chauffage, les réfugiés font des feux de bois pour se réchauffer ou utilisent des poêles dans leurs tentes, ce qui provoque régulièrement des accidents.

Grèce : des ONG demandent le départ de Frontex de la mer Egée

18 février - 11h : L’ONG grecque Legal Center Lesvos et l’organisation juridique Front-Lex ont officiellement demandé lundi au directeur exécutif de Frontex, Fabrice Leggeri, « de suspendre immédiatement ou de cesser » les activités de l’agence européenne en mer Egée. Ce dernier a deux mois pour répondre avant que la Cour européenne de justice ne soit saisie, selon un rapport transmis par le Legal Center Lesvos. Les ONG dénoncent les refoulements illégaux de réfugiés pratiqués par Eulex, qui répond en invoquant des « allégations non fondées ».

Grèce : les camps de réfugiés sous la neige

16 février - 12h30 : Les camps de réfugiés des îles grecques de la Mer Egée sous recouverts sous la neige qui est tombée avec une ampleur exceptionnelle.

Heurts entre riverains et réfugiés dans la région de Bihać

10 février - 15h30 : La police du canton d’Una-Sana a indiqué ce mercredi que des heurts s’étaient produits ces derniers jours, les 7 et 8 février, entre des réfugiés et des habitants des villages de Založje et Mali Lug, faisant quatre blessés.

La police croate refoule quatre eurodéputés italiens

Les quatre eurodéputés refoulés par la police croate
© Nello Scavo

31 janvier - 19h : La police croate a refoulé quatre eurodéputés italiens qui voulait visiter la frontière entre Croatie et Bosnie-Herzégovine, dont le vice-président de la Commission des droits civils de l’Union européenne, Pietro Bartolo, par ailleurs ancien élu de l’île de Lampedusa. La police a empêché la délégation, accompagnée de journaliste, de s’approcher et de voir le poste frontière situé dans les bois.

« Que cherchent-ils donc à cacher ? Si les normes internationales sont respectées, comme le prétend le gouvernement croate, pourquoi nous empêcher de passer ? », ont demandé les députés européens. En réponse, les autorités croates ont affirmé que « la présence des parlementaires aurait pu inciter les migrants se trouvant du côté bosnien de la frontière à entreprendre des actions illégales. »

Frontex quitte la Hongrie

29 janvier - 14h30 : « Frontex a suspendu toutes ses activités opérationnelles sur le terrain en Hongrie », a déclaré le porte-parole de la mission européenne, Chris Borowski. « Nos efforts communs pour protéger les frontières extérieures de l’UE ne peuvent réussir que si nous veillons à ce que notre coopération et nos activités soient pleinement conformes aux lois de l’UE. »

Or, le 17 décembre 2020, la Cour européenne de justice (CJUE) a jugé que la politique d’asile pratiqué par la Hongrie avait « manqué à son obligation d’assurer un accès effectif à la procédure d’octroi de la protection internationale », rappelle le site Info Migrants. Autrement dit, la Hongrie empêche les migrants d’accéder au territoire hongrois et de déposer une demande d’asile, ce qui contrevient aux règles internationales.

Plus d’info avec notre partenaire Le Courrier d’Europe centrale.

Pas de nouveau camp dans le canton de Sarajevo

26 janvier - 23h : Le camp de Blažuj, qui accueille déjà 3000 personnes, n’admettra pas plus de réfugiés et aucun nouveau camp ne sera établi dans le canton de Sarajevo. C’est ce qu’ont décidé ce 26 janvier le ministre de l’Intérieur du canton de Sarajevo, Admir Katica, et le ministre de la Sécurité de Bosnie-Herzégovine, Selmo Cikotić.

Athènes demande à l’UE le retour de 1450 réfugiés en Turquie

25 janvier - 10h : Le ministère grec de l’Immigration et de l’Asile a soumis une demande à la Commission européenne et à Frontex pour le retour immédiat en Turquie, d’où ils sont entrés sur le territoire grec, de 1450 réfugiés (955 à Lesbos, 180 à Chios, 128 à Samos et 187 à Kos) dont la demande d’asile a été rejetée.

L’organisation de défense des droits de l’Homme HIAS Greece note cependant que la procédure actuelle pour l’examen des demandes d’asile ne garantit pas de décision juste et équitable, soulignant que les demandeurs d’asile ne bénéficient pas d’une aide juridique suffisante, tandis que la procédure de recours en deuxième instance est juridiquement compliquée, empêchant les réfugiés de défendre leur droit de séjour dans le pays.

« L’absence d’assistance juridique gratuite se fait au détriment du caractère équitable et efficace de la procédure d’asile dans son ensemble, en particulier compte tenu des délais extrêmement courts de la procédure à la frontière (Border procedure) et des lacunes importantes en matière d’accès à l’aide juridique dès la première instance de la procédure d’asile », déplore HIAS Greece.

Au cours des deux premiers mois de 2020, pas moins de 139 retours forcés en Turquie ont été enregistrés, un processus au point mort depuis le 15 mars 2020, date à laquelle la Turquie a évoqué les difficultés causées par l’apparition de la pandémie de coronavirus.

La Hongrie aurait refoulé plus de 600 réfugiés dans le week-end

25 janvier - 9h30 : Le ministère de l’Intérieur de Hongrie affirme avoir expulsé vers la Serbie, au cours du week-end, 240 personnes qui se trouvaient illégalement sur le territoire hongrois. Dans le même temps, les patrouilles de l’armée et de la police, depuis vendredi, aurait refoulé 373 réfugiés qui tentaient de pénétrer en Hongrie depuis la Serbie.

Descente de police dans le camp de Blažuj, près de Sarajevo

23 janvier - 18h30 : 340 policiers ont perquisitionné, tôt ce samedi matin, le camp de Blažuj, qui abrite quelque 3000 réfugiés, non loin de Sarajevo. Jeudi, de violents affrontements avaient éclaté entre personnes hébergées dans le camp. 17 personnes ont été arrêtées et seront éloignées de Bosnie-Herzégovine.

Les réadmission d’Italie en Slovénie sont « illégales »

21 janvier - 15h : Les réadmission d’Italie en Slovénie sont « illégales » a statué un tribunal de Rome, saisi sur la plainte d’un Pakistanais de 27 ans. Dans ses arrêtés, le tribunal note, le 18 janvier, que « la pratique adoptée par le ministre de l’Intérieur, sur la base d’un accord bilatéral avec la Slovénie, est illégitime sous de multiples aspects ». Avec ces réadmissions qui ouvre une chaîne qui renvoie les réfugiés jusqu’en Bosnie-Herzégovine, le tribunal considère que le gouvernement viole la loi italienne, la Constitution, la Charte européenne des droits fondamentaux ainsi que l’accord bilatéral italo-slovène lui-même.

Violente altercation dans le camp de Blažuj, près de Sarajevo

Camp de Blažuj, 20 janvier 2021
© Fena.ba

21 janvier - 11h30 : Deux policiers et un employé de l’Organisation internationale des migrations (OIM) ont été blessés mardi lors d’un incident qui a éclaté dans le camp de Blažuj, près de Sarajevo. Près de 3000 réfugiés sont hébergés dans ce camp, et 2000 auraient participé aux affrontements.

Grèce : un mort et trois disparus au large de Lesbos

19 janvier - 12h30 : Un homme est mort et trois autres sont portés disparus après qu’une embarcation transportant un nombre inconnu de réfugiés a heurté un rocher au sud-est de l’île de Lesbos. Les gardes-côtes grecs ont porté secours à 24 personnes dans la zone et poursuivent leurs recherches.

7210 refoulements de Croatie en Bosnie-Herzégovine en 2020 ?

15 janvier - 18h30 : Selon le ministre de l’Intérieur du canton d’Una-Sana, Nermin Kljajic, qui se base sur les témoignages des réfugiés, la police croate aurait procédé à 7210 refoulement (push-back) en 2020. Le ministre a communiqué ces chiffres lors d’une réunion du Conseil de sécurité de la Fédération, tout en regrettant que la Bosnie-Herzégovine, pour sa part, ne procède pas à des refoulements vers le Monténégro ou la Serbie, pays dont proviennent les personnes refoulées de Croatie.

55 réfugiés secourus en Mer Adriatique et ramenés en Albanie

12 janvier - 15h30 : 55 réfugiés syriens, dont des enfants, qui tentaient de rallier l’Italie en traversant la Mer Adriatique en pleine tempête ont été secourus samedi et ramenés en Albanie, alors qu’ils dérivaient sur un canot pneumatique au large de la côte albanaise, précise la police côtière de Vlora. « Le sauvetage et l’évacuation des personnes à bord s’est déroulé dans de très mauvaises conditions, au milieu d’une tempête et de hautes vagues », précise le communiqué des autorités. Seize des passagers, dont trois enfants, ont été hospitalisés, et les autres ont été conduits dans un centre d’accueil.

Bosnie-Herzégovine : 200 réfugiés de Lipa logés sous des tentes militaires

9 janvier - 15h : 200 des 700 réfugiés qui tentent de survivre sur le site de l’ancien camp de Lipa ont trouvé un abri dans les tentes dressés par les forces armées de Bosnie-Herzégovine. L’eau potable et l’électricité devraient être assurés ce week-end, tandis que des volontaires de la Croix Rouge dressent un grand barnum dans lequel seront servis les repas.

La survie dans le camp de Lipa

6 janvier - 19h :

Bosnie-Herzégovine : la Croix rouge sert un premier repas à Lipa

5 janvier - 16h : Pour la première fois depuis qautre jours, les quelque 700 réfugiés qui se trouvent sur le site de l’ancien camp de Lipa ont reçu un repas chaud ce mardi, servi par la Croix Rouge.

La Commission européenne débloque 3,5 millions d’euros

3 janvier - 22h30 : La Commission européenne a annoncé ce dimanche qu’elle débloquait 3,5 millions d’euros pour les réfugiés en Bosnie-Herzégovine. Dans son communiqué, la Commission mentionne les « 1700 personnes » qui survivent dans des conditions indignes dans le canton d’Una-Sana, et particulièrement les 900 réfugiés de l’ancien camp de Lipa. La Commission évoque 800 autres personnes, « dont des enfants », qui survivraient dans les squats, un chiffre qui, pour le coup, semble bien sous-évalué.

Bosnie-Herzégovine : pas de solution en vue pour les réfugiés de Lipa

Manifestation des réfugiés de Lipa, 1er janvier 2021
© RFE-RL/ Džemal Ćatić

3 janvier - 14h30 : Les quelque 700 à 900 réfugiés qui survivent sur le site de l’ancien camp de Lipa, détruit par un incendie le 23 décembre, y resteront « tant qu’un accord sur la répartition du poids des migrants » entre les différentes entités du pays n’aura pas été trouvé. Dans l’immédiat, l’armée installe des tentes, mais tout espoir d’une réouverture du centre collectif de Bira s’éloigne, les autorités du canton d’Una-Sana y étant hostile.

Ce dimanche 3 janvier, le ministre de la Sécurité de Bosnie-Herzégovine, Selmo Cikotić, a visité le site sans pouvoir apporter de réponses nouvelles, malgré les objurgations des ambassadeurs européens en Bosnie-Herzégovine.

Bosnie-Herzégovine : les ambassadeurs de l’UE expriment leur indignation

2 janvier - 18h30 : Les ambassadeurs de l’UE, d’Autriche, d’Allemagne et d’Italie ont rencontré ce samedi le ministre bosnien de la Sécurité afin manifester leur indignation, alors que des centaines de réfugiés sont forcés de passer plusieurs nuits dehors faute de lieu pour les accueillir après l’incendie du camp de Lipa, le 23 décembre.

« La situation est inacceptable », a déclaré le chef de la délégation européenne en Bosnie-Herzégovine, Johann Sattler. « La vie et les droits humains de centaines de personnes sont sérieusement en danger. »

Les ambassadeurs demandent aux autorités bosniennes d’« agir urgemment » et de construire un nouveau camp sur le site de Lipa « aussi vite que possible ». La Bosnie-Herzégovine, rappellent-ils, a reçu 85,5 millions d’euros de l’UE pour assister les réfugiés présents sur le territoire.

En 2020, 4400 réfugiés refoulés d’Italie en Slovénie

2 janvier - 9h : Selon la direction de la police de Trieste, en 2020, au moins 4400 personnes ont été refoulées d’Italie vers la Slovénie. Le député radical italien Riccardo Magi dénonce une « chaîne de refoulements », qui renvoie les exilés d’Italie en Slovénie, de Slovénie en Croatie, de Croatie en Bosnie-Herzégovine ».

Le ministère de l’Intérieur italien confirme la bonne coopération entre les polices et des pratiques de « réadmissions sans formalités » d’un pays à l’autre, dont devraient pourtant être exclus les potentiels demandeurs d’asile. Or, un accord bilatéral italo-slovène datant des années 1990 permet aux deux pays de s’exonérer même des garanties prévues dans le Traité de Dublin.

Bosnie-Herzégovine : l’appel au secours des réfugiés de Lipa

Manifestation le 1er janvier sur le site de Lipa
© RFE-RL/ Džemal Ćatić

1er janvier 2021 - 16h30 : Quelques 200 réfugiés qui ont été renvoyés sur le site de l’ancien camp de Lipa, près de Bihać,après deux jours d’errance à travers la Bosnie-Herzégovine, ont manifesté, demandant l’aide des organisations internationales non gouvernementales.

Les migrants ont passé la nouvelle année en plein air, après avoir été renvoyés à LIpa le 30 décembre. 40 camions avec des tentes militaires sont arrivés à Lipa, sur décision de la présidence de Bosnie-Herzégovine.