Živan makes a punk festival

Cinéma en Serbie : « la débrouille et les obstacles donnent naissance à une nouvelle esthétique »

| |

La vitalité des réalisateurs serbes s’explique-t-elle par les conditions financières difficiles qu’ils connaissent, les obligeant à s’affranchir des cadres de production classiques du cinéma ? Rencontre avec Ognjen Glavonić, l’un des jeunes réalisateurs les plus dynamiques de Serbie.

Propos recueillis par Jovana Papović Il y a plusieurs années déjà que les jeunes réalisateurs des Balkans occupent une place de choix dans les festivals de cinémas européens et internationaux. Malgré des conditions de productions difficiles et le peu de moyens financiers dont ils disposent, ces cinéastes sont plus prolifiques que leurs aînés. Ils allient avec brio la philosophie « Do it yourself » et un sens critique acéré afin de créer un cinéma que l’on pourrait qualifier de visionnaire, tant dans le fond que sur la forme. Ognjen Glavonić est l’un des représentants les plus actifs de cette nouvelle scène. Son documentaire Živan makes a punk (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous