Culture en Serbie : au nom du roi et de l’entreprise

| |

À Belgrade, le touriste peut visiter le Musée de l’histoire de la Yougoslavie, où les tee-shirts Tito se vendent bien, et le Musée de l’histoire de la Serbie, qui encense la monarchie libérale d’avant-guerre. Et si les deux musées, au lieu d’être des lieux de réflexion sur l’histoire, avaient le même message : faire disparaître l’héritage socialiste et réhabiliter la dictature de la consommation ? L’analyse de Bilten.

Par Marko Miletić Une des caractéristiques principales de la culture de transition en Serbie : le révisionnisme historique, qui s’impose par la nécessité de construire une nouvelle identité nationale. Ce révisionnisme se base sur des croyances mythologiques disparues pendant le socialisme. La culture sert de machine à laver idéologique : il s’agit avant tout de faire disparaitre l’héritage socialiste. Deux musées belgradois : le Musée de l’histoire de la Yougoslavie et le Musée de l’histoire de la Serbie sont de bons exemples pour illustrer la situation. Tandis que le Musée de l’histoire de la Yougoslavie s’échine à réaffirmer la tradition du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous