Vijesti

Monténégro : « ce n’est pas aux salariés de payer la crise ! »

| |

Le Parlement monténégrin a adopté lundi soir une version modifiée de la nouvelle loi fiscale, qui va entraîner une baisse de 15% de tous les salaires nets supérieurs à 479 euros par mois. Initialement, le gouvernement voulait frapper tous les salaires supérieurs à 267 euros. L’opposition a apporté son soutien à l’Union des syndicats libres, qui manifestait devant le Parlement.

La proposition initiale du gouvernement était d’augmenter de 3% l’impôt sur tous les revenus brut dépassant 400 euros, ce qui revenait concrètement à diminuer de 4,5 % tous les salaires nets supérieurs à 267 euros par mois. Retrouvez notre dossier : Crise : politiques d’austérité dans tous les Balkans Lundi matin, des centaines de personnes se sont rassemblés devant le Parlement du Monténégro, à l’appel de l’Union des Syndicats libres (USSCG), pour tenter de convaincre les députés de voter contre ces mesures de crise. Des groupes de syndicalistes de Budva, de Nikšić et d’autres villes du nord du Monténégro ont rejoint leurs collègues de Podgorica. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous