Monitor

Monténégro : privatisations, corruption et népotisme énergétique

| |

Milo Djukanović n’en démord pas : il veut vendre les mines de charbon et la centrale thermo-électrique de Pljevlja, malgré les critiques de l’opposition, de la Compagnie publique d’électricité, et même d’une partie de sa propre majorité... Le feuilleton rebondit, ce que l’on comprend mieux quand l’on sait que le propre frère du Premier ministre, Aco Djukanović, est entré dans le capital de l’entreprise, tout comme des fonds de pension assez douteux... L’affaire se jour en bonne part entre le gouvernement et la Banque Prva Banka CG, dont le Premier ministre est propriétaire. Le business en famille, il n’y a que ça de vrai.

Par Zoran Radulović La décision d’annuler l’appel d’offre pour la vente de la centrale thermique et la part d’actions encore détenues par l’État de la mine de charbon de Pljevlja a été votée par le Parlement du Monténégro et accepté par le gouvernement de Željko Šturanović il y a déjà un an. Pourtant, l’histoire n’est pas finie. Naturellement, l’honneur de relancer la question de la privatisation du bassin énergétique de Pljevlja ne pouvait revenir qu’à son plus grand partisan – le (nouveau) Premier ministre Milo Djukanović. « Je n’ai pas d’information sur l’état du plan B censé représenter une alternative de sauvetage à la privatisation de la mine de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous