Monitor

Monténégro : les salariés, premières victimes de la crise économique

| |

Licenciements, entreprises en faillite : le climat social ne cesse de s’alourdir au Monténégro. Srdja Keković, secrétaire général de l’Union des syndicats libres du Monténégro, déplore les faibles droits dont jouissent les travailleurs, et voudrait que le gouvernement mette en place des politiques publiques qui protègent mieux les salariés des effets de la crise. Entretien.

Propos recueillis par Marijana Bojanić Monitor (M.) : Quel est l’état actuel des droits des travailleurs au Monténégro ? Srdja Keković (S.K.) : À mon avis, les droits des salariés au Monténégro sont faibles, ils ne peuvent être comparés à ceux des travailleurs des pays d’Europe occidentale. Je pourrait illustrer ce que je dis avec de nombreux exemples tirés de notre quotidien syndical. M. : Qui est responsable de cette situation ? S.K. : Je pense que les travailleurs de notre pays sont les premiers responsables, car ils se sont soumis eux-mêmes. Le nouveau Code du travail néolibéral et certaines institutions qui soutiennent ouvertement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous