Macédoine : comment s’arranger avec le Code pénal pour acheter le soutien de l’opposition

| |

C’est mercredi que le Parlement macédonien doit valider définitivement le changement de nom du pays. Le vote de 81 députés sur 120 est nécessaire : le 28 décembre, la majorité sociale-démocrate de Zoran Zaev a révisé le Code pénal, pour tenter de s’attirer les faveurs de quelques élus de l’opposition. La colère monte dans la société civile contre cette immixtion du politique dans le judiciaire.

Par Jaklina Naumovski Le 28 décembre dernier, c’est avec 63 voix pour, une abstention, sans aucun débat et en l’absence de l’opposition du VMRO-DPMNE, que les députés ont voté les amendements au Code pénal. Ces derniers permettront de réduire les peines de certains condamnés dans des affaires instruites par le Bureau de la procureure spéciale (SJO). Une décision qui remet donc en question l’utilité du travail accompli par ce dernier et qui n’a pas manqué de faire réagir la société civile. Pour beaucoup de citoyens de Macédoine, cette modification du Code pénal constitue en effet une ingérence directe du pouvoir exécutif et législatif dans le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous