Elitza Gueorguieva

Les cosmonautes ne font que passer

|

Elitza Gueorguieva
Facebook

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un grand-père communiste, un vrai ! Parce qu’il y en des faux, comme les Nike ou les poupées Barbie. C’est dur d’apprendre que les petites filles ne peuvent pas devenir cosmonautes comme Youri Gagarine. C’est encore plus dur d’apprendre que le Père Gel est remplacé par le Père Noël, que le mur de Berlin est tombé et avec lui tout le communisme. Très dur de découvrir que « c’est la transition démocratique, tout est cher et tout le monde est pauvre ». Un roman qui a le charme de l’enfance, les yeux grands ouverts sur les bouleversements du monde.

L’auteure est née en 1982 à Sofia et vit depuis quinze ans en France.

Ce premier roman a trouvé le ton elliptique et malicieux pour conjuguer l’univers intérieur de l’enfance avec les bouleversements de la grande Histoire. Grâce à la naïveté fantasque de sa jeune héroïne, Les cosmonautes ne font que passer donne à voir comment le politique pénètre la vie des individus, détermine leurs valeurs, imprègne leurs rêves, et de quelle manière y résister.

  • Elitza Gueorguieva, Les cosmonautes ne font que passer, Paris, Gallimard, 2016, 184 pages
  • Prix : 16.50 €
  • En savoir +