Réfugiés en Grèce : le gouvernement durcit le ton, la violence augmente

| |

Camps surpeuplés, habitants exaspérés : la tension est à son comble sur les îles du Nord de la mer Égée. Le nouveau gouvernement conservateur a durci le ton, annonçant même un mur flottant, mais se montre incapable de répondre aux attentes humanitaires et sécuritaires. Pendant ce temps, les actes xénophobes sont en hausse.

Par Marina Rafenberg Plus la répression durcit, plus la tension monte Le but de ces nouveaux centres fermés est de pouvoir rapidement renvoyer en Turquie les candidats déboutés à l’asile. « Nous voulons augmenter les retours vers la Turquie et arriver à environ 200 par semaine », a précisé lundi le ministre aux Migrations Notis Mitarachi. Cet objectif chiffré s’inscrit dans la lignée d’une série d’annonces visant à durcir la politique migratoire du pays : renforcement des patrouilles en mer Egée avec l’embauche de 400 gardes-côtes, suppression du numéro de sécurité sociale pour les demandeurs d’asile, liste de pays dits sûrs rendant l’accès à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous