La Croatie, une brique obéissante dans le mur européen contre les migrants

| |

La Croatie fait des pieds et des mains pour rejoindre au plus vite l’espace Schengen. Cet objectif, présenté comme la nouvelle panacée pour la reprise économique, conduit les autorités à mettre sur pied une politique migratoire ultra-répressive, qui ne vise qu’à sécuriser les frontières, au mépris des droits de la personne.

Par Davor Konjikušić « La Croatie, pont de l’Union européenne vers l’Europe du sud-est ». Voilà l’intitulé d’une conférence qui s’est tenue le 27 mars à l’Hôtel Esplanade de Zagreb. Parmi les invités se trouvait entre autres Fabrice Leggeri, directeur exécutif de Frontex, l’agence européenne pour la sécurité des frontières extérieures. Il est à la tête de cette organisation, qui fait l’objet de vives critiques pour son action vis-à-vis des migrants irréguliers. Cependant, lors de la conférence, les critiques se sont mystérieusement tues. Au contraire, on y a fait la promotion de l’entrée de la Croatie dans l’espace Schengen comme intérêt national de premier (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous