Kosovo : les Roms toujours exclus de l’éducation et du marché du travail

| |

Malgré la présence de députés roms au Parlement du Kosovo et l’obligation théoriquement inscrite dans la loi d’embaucher des Roms, des Ashkalis et des Égyptiens dans les services publics, les membres de ces communautés sont toujours largement discriminés, tant dans l’éducation qu’au sein du marché du travail. Le tour d’horizon du Monde diplomatique en albanais.

Traduit par Belgzim Kamberi Un rapport de juillet 2019 explique aussi que très peu de quotas pour l’emploi sont appliqués au sein des institutions publiques pour y intégrer ces communautés, bien que la loi 03/L-149 sur le Service public prévoit que « dans la fonction publique des institutions centrales, au moins 10% des postes doivent être réservés à des personnes appartenant à des communautés non majoritaires au Kosovo et répondre à des critères d’emploi spécifiques ». En 2018, il n’y avait ainsi que 113 Roms, Ashkali ou Égyptiens sur un total de 30 635 employés de la fonction publique, soit seulement 0,4%. La situation est encore plus grave (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous