« C’est un acte courageux que d’être aujourd’hui de gauche dans les Balkans »

| |

Autogestion, antifascisme, non-alignement. Au XXe siècle, la gauche balkanique a été l’une des plus influentes au monde. Après l’implosion de la Yougoslavie, une lame de fond nationaliste et ultralibérale a balayé cet héritage. L’écrivain et universitaire Igor Štiks, co-fondateur du forum subversif de Zagreb, est l’une des têtes pensantes de la « nouvelle gauche », une génération de jeunes activistes qui cherche à remobiliser des Balkans laminés par la transition. Interview.

Propos recueillis par Jovana Papović Igor Štiks n’accorde pas beaucoup d’importance aux étiquettes, il est sur tous les fronts à la fois. Littérature, recherche ou militantisme politique, il questionne avec acharnement les mécanismes qui chamboulent les territoires de l’ancienne Yougoslavie depuis la Première Guerre mondiale. Le Courrier des Balkans l’a rencontré à l’occasion de la sortie de son livre Nations and Citizens in Yugoslavia and the Post-Yugoslav States : One Hundred Years of Citizenship (Bloomsbury, Londres), fruit d’un long travail de recherche sur la question de la citoyenneté en Yougoslavie et dans les pays post-yougoslaves. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous