Croatie : à Vukovar, « on a reconstruit la ville, mais pas les âmes »

| |

Pour le 30e anniversaire de la chute de Vukovar, le 18 novembre, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans la ville martyre. Un rituel important pour les familles des victimes et des disparus, mais qui contribue à faire d’elle une « ville monument » emprisonnée dans son passé. Reportage.

Par Milica Čubrilo-Filipović Le processus de réconciliation existe, mais il est extrêmement lent et fragile. Mais malgré les excuses pour les crimes commis à Vukovar présentées en 2010 par l’ancien président serbe Boris Tadić, malgré l’arrestation par Belgrade de l’ancien président de la République serbe de Krajina, Goran Hadzić, et son transfert au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) en 2011, tout comme celui de trois autres membres de l’Armée yougoslave, malgré la condamnation par la justice serbe de huit personnes impliquées dans le massacre d’Ovčar pour crimes de guerre, et malgré les décennies passées, Vukovar, qui ne (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous