Danas

Course de vitesse sur le pont reconstruit de Novi Sad

| |

Maja Gojkovic, la mairesse radicale (extrême droite) de Novi Sad a pris de court les autorités de Serbie, en inaugurant dès le 7 octobre le pont sur le Danube détruit en 1999 par les bombardements de l’OTAN. Le Parti radical n’a pourtant pas contribué à cette reconstruction, financée par l’Union européenne. On ne sait pas encore si l’inauguration officielle, prévue le 11 octobre, sera maintenue.

Par R. Balac À la surprise générale, Maja Gojkovic, maire de Novi Sad, a ouvert le 7 octobre à 13 heures le Pont Sloboda à la circulation, bien que les travaux de peinture étaient encore en cours. Accompagnée par les élus radicaux et socialistes elle s’est acheminée sur le pont où les ouvriers travaillaient toujours. Il avait été annoncé auparavant que le pont serait inauguré le 11 octobre par le Président de la République Boris Tadic, par Vuk Draskovic, ministre des Affaires étrangères et par Olli Rehn, commissaire pour l’élargissement de l’Union Européenne. Dans cette équipe, Mme Gojkovic n’était pas mentionnée. On a appris du cabinet du président de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous