IWPR

Voïvodine : six mois d’expérience d’extrême droite municipale à Novi Sad

| |

Il y a six mois, les nationalistes durs du Parti radical serbe (SRS) emportaient la mairie de Novi Sad, la capitale de Voïvodine, une grande ville à la population multiculturelle. Aujourd’hui, les Radicaux ne semblent pas gouverner la ville d’une manière bien originale, malgré leurs promesses de lutte contre la corruption. Et tous les partenaires de Novi Sad sont de plus en plus inquiets.

Par Dinko Gruhonjic Certains semblent cependant soulagés de voir que le Parti ait mis de côté sa rhétorique militante et que les jours sombres des années 1990 - quand nombre de Croates et de Hongrois d’origine avaient été forcés à émigrer-risquent peu de se reproduire. « Nous n’avons pas peur. Pourquoi devrions-nous être effrayés ? » se demande Erszika, 47 ans, membre de la minorité hongroise. « Nous vivons normalement avec nos voisins. Personne ne dérange personne ». Maja Gojkovic, représentante de longue date du SRS, est devenue mairesse de Novi Sad en octobre dernier après avoir battu son principal rival Borislav Novakovic, du Parti démocratique (DS, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous