Birn

Bosnie : un Haut Représentant autoritaire et des réformes constitutionnelles, vite !

| |

Le mandat de Christian Schwarz-Schilling se termine sur des résultats bien décevants. Les politiques bosniens n’ont pas assumé leur responsabilité et les réformes constitutionnelles sont au point mort. Pour Edward P. Joseph, de l’International Crisis Group, une seule solution, un Haut Représentant énergique pour une intégration européenne rapide.

Par Edward P. Joseph [1] Le règne malheureux du Haut Représentant sortant de l’ONU en Bosnie-Herzégovine, Christian Schwarz-Schilling, aura laissé un héritage important pour le pays et la communauté internationale. L’expérience de Schwarz-Schilling, qui a échoué dans une passivité quasi-totale du Bureau du Haut Représentant (OHR), a révélé que la théorie qui prévalait jusqu’ici était fausse : une présence internationale trop interventionniste n’est pas la raison pour laquelle les Bosniens n’ont pas réussi à assumer la « propriété » de leurs affaires. Écoutant les idéologues européens qui pensaient que le soi-disant « joug » de son prédécesseur Paddy Ashdown (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous