Turquie : que cherche Erdoğan en envahissant le Rojava ?

| |

Dans la nuit du 9 octobre, l’armée turque a lancé une opération contre le Rojava, la région autonome kurde du Nord de la Syrie, avec le feu vert de Donald Trump. Que cherche exactement Recep Tayyip Erdoğan ? Y a-t-il des risques de déstabilisation régionale, alors que l’offensive provoque déjà de nouveaux flux de réfugiés ? Décryptage avec Jordi Tejel Gorgas, spécialiste du Kurdistan.

Propos recueillis par Claire Corrion. C.d.B. : La Turquie a bombardé les environs de la prison d’Al Chirkin, où les prisonniers de Daesh les plus dangereux sont gardés par les Kurdes. Qu’est-ce que cela dit du rapport d’Erdoğan à Daesh ? J.T.G. : C’est un rapport un peu ambigu. On soupçonne la Turquie d’avoir aidé, au début de la guerre en Syrie, divers groupes islamistes. Pour cette intervention, Ankara a essayé de mettre dans le même panier les Kurdes et l’État Islamique en disant « nous allons nettoyer la frontière des terroristes ». Mais si l’opération se déroule selon les plans, je ne vois pas comment cela va aider à la lutte contre Daesh (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous