Turquie : la longue lutte des disparus kurdes pour « la vérité et la justice »

| |

Depuis 1995, les « Mères du samedi » se rassemblent pacifiquement chaque samedi à Istanbul pour savoir ce que sont devenus leurs fils, pères ou frères disparus après avoir été arrêtés par la police. Depuis l’été 2018, ces sit-in sur la place Galatasaray sont interdits par les autorités turques, mais la lutte continue quand même.

Traduit par Simon Rico « Nous sommes nés et nous avons grandi sur cette place Galatasaray, et nous mourrons ici. Quand nous nous sommes rassemblés les premières fois, nous demandions que nos disparus reviennent vivants. Maintenant, nous demandons qu’on nous rendent leurs os. » Irfan Bilgin, dont le frère Kenan a disparu lors d’une garde à vue en 1994, se bat depuis maintenant 25 ans pour obtenir justice. Il est l’un des initiateurs de ces sit-ins hebdomadaires qui ont lieu chaque samedi depuis le 27 mai 1995. Le groupe est connu sous le nom de « Mères du samedi » et rassemble les proches de disparus des années 1990, quand le conflit entre (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous