Turquie : chez les Kurdes d’Hasankeyf, bientôt de l’eau jusqu’à la gorge

| |

Avec la mise en service du barrage d’Ilisu, une centaine de municipalités turques vont bientôt disparaitre sous l’eau. La ville d’Hasankeyf, avec ses architectures millénaires, est devenue le symbole de ce désastre social et environnemental. Reportage.

Traduit par Mandi Gueguen « Tu vois là-haut ? Enfant, je vivais près du château, sur la partie haute de la ville. » Maintenant, Ridvan Hayan habite à Batman. Militant du Parti démocratique des peuples (HDP) et membre du conseil communal d’Hasankeyf, il fait partie du Centre pour l’écologie de la Mésopotamie. Parcourir avec lui les chemins de la ville signifie parcourir une parabole biographique et politique. « 199 centres seront submergés par la digue. Nous avons sélectionné Hasakeyef comme symbole de notre lutte, parce qu’elle est sublime et rayonne au niveau international. Pourtant, notre demande de l’inscrire au patrimoine mondiale de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous