Turquie : l’indépendance énergétique au prix d’une catastrophe environnementale ?

| |

Le gouvernement d’Ankara a une priorité : réduire la dépendance énergétique du pays, en multipliant les projets de centrales nucléaires, hydroélectriques ou thermiques. Alors que la Turquie a confirmé son engagement contre le réchauffement climatique lors de la COP23 à Bonn, en novembre dernier, les citoyens se mobilisent.

Par Selin Kaya À l’exception de l’ampoule du Parti de la justice et du développement (AKP), tous les logos des mouvements politiques du pays, des kémalistes du Parti républicain du peuple (CHP) aux nationalistes du Parti d’action nationaliste (MHP), sont représentés en ce dimanche pluvieux sur la place de Kapaklı, une ville moyenne de Thrace. Les slogans sont sans appel : « Pas de centrale thermique à Çerkezköy et Kapaklı ». Fin 2016, les habitant·e·s de la région ont eu la mauvaise surprise de recevoir des avis d’expropriation, pour permettre la construction d’une centrale thermique aux abords de la ville. Une première contestation auprès du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous