Serbie : « contre la dictature », le mouvement s’adapte et ne lâche rien

| |

Le 3 avril, au lendemain de l’élection d’Aleksandar Vučić, des milliers de personnes commençaient à se rassembler chaque soir « contre la dictature » menaçant la Serbie. Cinq semaines plus tard, le mouvement se poursuit, malgré l’essoufflement des manifestations quotidiennes.

Par Ph. B. (Avec BIRN) — Les coordinateurs des manifestations quotidiennes qui ont lieu en Serbie depuis la victoire à l’élection présidentielle du Premier ministre Aleksandar Vučić ont décidé de scinder le mouvement en deux groupes : l’un, « Contre la dictature », se concentrera sur la bataille politique contre l’homme fort de Belgrade ; l’autre, « Sept demandes », sur la lutte sociale. Les deux groupes continueront néanmoins à coopérer et à manifester ensemble. « Après les guerres des années 1990, les bombardements de l’OTAN, les espoirs déçus, les privatisations, la désindustrialisation, la faillite de l’éducation et des soins de santé, nous (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous