Qui a peur de la guerre en Bosnie-Herzégovine ? (2/4) : Tuzla, îlot de résistance aux nationalismes

| |

Dans une Bosnie-Herzégovine déchirée, la ville ouvrière de Tuzla refuse de céder à la peur et à la rhétorique belliqueuse. Indéboulonnable bastion du Parti social-démocrate (SDP), la grande agglomération du nord-est du pays a toujours résisté aux sirènes nationalistes, même aux heures les plus sombres de la guerre.

Par Milica Čubrilo-Filipović, Jean-Arnault Dérens et Simon Rico Défendre le cadre de Dayton pour préserver la paix Depuis, la Republika Srpska poursuit à petits pays sa « sécession rampante », tandis que les nationalistes croates font du chantage à la troisième entité pour obtenir un changement de la loi électorale renforçant encore le caractère « ethnique » du vote. Aujourd’hui, Jasmin Imamović insiste donc sur la défense des accords de paix de Dayton. « Il n’y a pas d’autre solution possible. Il faut que les Serbes renoncent à l’idée de sécession mais aussi que les Bosniaques renoncent à l’idée de supprimer la Republika Srpska. Le cadre de Dayton (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous