Pollution : en Bosnie-Herzégovine, la peur de respirer

| |

Il s’agit littéralement d’une question de vie ou de mort. Pourtant, la grave pollution de l’air en Bosnie-Herzégovine est absente de la campagne électorale à l’approche du 2 octobre. De nombreux citoyens restent enfermés chez eux pour se protéger de cet air qui tue. Reportage.

Traduit par Chloé Billon (article original) La plupart des maisons à proximité de l’aciérie de Zenica ont des jardins et des potagers, mais les fruits et légumes sont recouverts de poussière grise. « On ne cultive rien, on nous a dit que ce n’était pas sain », confie Fehim H., père de trois jeunes enfants. Mais Fehim a des poules, même si on a également conseillé aux habitants du quartier autour de l’aciérie de ne pas en avoir. Comme nombre de ses voisins qui ont des enfants, il n’a pas le choix : les œufs au marché, ainsi que de nombreux autres produits alimentaires, sont trop chers pour eux. Il est le seul de la famille à travailler et gagne (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous