Grèce : un crime contre l’Acropole

| |

C’est une vaste opération de bétonisation qui a commencé à l’automne 2020, en plein confinement, au sommet du site le plus visité de Grèce. Officiellement, il s’agit d’améliorer l’accessibilité, mais beaucoup dénoncent ce chantier, accusé de défigurer l’Acropole, au mépris des règles de l’Unesco sur la protection du patrimoine mondial de l’humanité.

Par Fabien Perrier Le choix des matériaux retenus pour cette rénovation inquiète aussi. En décembre dernier, l’Acropole a subi de graves inondations qui auraient été provoqués par le nouveau revêtement, imperméable. « Non seulement, les visiteurs, risquent de glisser, mais cela risque de provoquer une dégradation accélérée des bâtiments », avance Tasos Tanoulas. « Pour l’instant, Manolis Korrès n’a réalisé que la moitié de ses plans : il veut recouvrir presque tout le rocher », alerte Despina Koutsoumba. De son côté, l’architecte Manolis Korrès balaie ces critiques d’un revers de main : « Le résultat me satisfait pleinement », a-t-il affirmé lors (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous