Grèce : « l’étrange solitude » des musées et des sites archéologiques

|

Avec la covid-19, la fréquentation touristique a chuté, notamment dans les musées et les sites archéologiques, ce qui pose de sérieux défis économiques. Malgré ses engagements, le gouvernement va-t-il en profiter pour relancer leur privatisation ?

Par Fabien Perrier « Une véritable crise ! » Ce mot, c’est Kostas Pascalidis, conservateur du Musée national d’archéologie d’Athènes, qui le lâche quand il évoque la situation des musées et sites archéologiques en Grèce. En cause ? La chute du tourisme sans précédent. Alors qu’en 2019, la Grèce a accueilli quelque 33 millions de touristes, 2020 est une année noire, fortement impacté par la pandémie de Covid-19. Et qui dit moins de touristes dit moins de visiteurs pour les musées et les sites archéologiques. Les salariés du Musée national d’archéologie éprouvent « une étrange forme de solitude », reconnaît le conservateur. Pourtant, depuis la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous