Nisam tražila : les quatre femmes derrière le #metoo de Bosnie-Herzégovine

| |

Quand quatre jeunes femmes ont lancé la page Facebook Nisam tražila (« Je ne l’ai pas cherché »), elles n’imaginaient pas déclencher une telle vague de dénonciations des violences sexuelles. En trois semaines, leur vie a été chamboulée. Aujourd’hui, elles se battent pour que le mouvement change la donne en Bosnie-Herzégovine, mais aussi dans tous les Balkans.

Par Marion Roussey " title="Geoffrey Brossard " /> Au troisième jour, la page a été bloquée par Facebook suite à de multiples signalements d’internautes misogynes. Pour Asja et Ana, ce blocage est révélateur : certaines personnes veulent les faire taire. « Pour nous, c’est la preuve qu’on est en train de faire les bonnes actions au bon moment. » Pour contourner la censure, elles ont créé un groupe Facebook, plus facile à modérer, puis un site internet sur lequel elles continuent de recevoir les témoignages qu’elles catégorisent selon le type de violences. Parmi les révélations, plusieurs visent des enseignants du monde du spectacle : à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous