Macédoine du Nord : la Cour suprême savonne la planche à la Procureure spéciale

| |

La Cour suprême vient de limiter à 18 mois la durée d’utilisation à des fins judiciaires des écoutes téléphoniques. Un mauvais coup qui risque de bloquer le travail Bureau de la Procureure spéciale (SJO) : 18 enquêtes impliquant de hauts dirigeants du VMRO-DPMNE pourraient tomber à l’eau.

Par Jaklina Naumovski Dix-huit dossiers traités par le Bureau de la Procureure spéciale (SJO) et deux actes d’accusation lancés en juillet 2017 pourraient être remis en question après la récente décision de la Cour suprême de ne plus accepter comme preuves les écoutes téléphoniques qui seraient encore utilisées plus de 18 mois après le début de leur exploitation à des fins d’enquête. Cette demande avait été déposée par Elenko Milanov et Boro Tasevski, les avocats de plusieurs des accusés impliqués dans les dossiers traités par le SJO. Dans la pratique, cela signifie que le SJO aurait dû achever toutes ses investigations avant le 30 juin 2017, dans (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous