Les soldats Rama et Vučić bien seuls pour défendre Open Balkans

| |

Annoncée en grande pompe au milieu de l’été 2021, l’initiative Open Balkans a du plomb dans l’aile. Face aux désaccord internes aux Balkans occidentaux, l’Union européenne et les États-Unis semblent miser désormais sur le processus de Berlin pour favoriser la coopération régionale.

Par Simon Rico La semaine dernière, le président monténégrin Milo Đukanović était au Kosovo pour une visite officielle de deux jours. L’occasion de réitérer, avec son hôte, la présidente Vjosa Osmani, sa profonde opposition à Open Balkans, l’initiative soutenue par la Serbie, l’Albanie et la Macédoine du Nord. Lancé fin 2019, ce projet, calqué sur groupe de Visegrád, vise à créer une zone de libre circulation des biens, des personnes, des services et des capitaux au sein des Balkans occidentaux. Lors d’une conférence de presse commune, Milo Đukanović et Vjosa Osmani n’ont pas mâché leurs mots, assurant même qu’Open Balkans risquait de renforcer (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous