Réfugiés en Grèce : à Lesbos, « le camp de Moria est devenu une poudrière »

| |

Depuis la mise en œuvre de l’accord conclu entre l’Union européenne et la Turquie au printemps 2016, l’île de Lesbos s’est transformée en prison à ciel ouvert. Particulièrement le camp de Moria, où s’entassent plus 6500 personnes dans des conditions déplorables. Reportage dans ce paradis touristique devenu un enfer. Réfugiés et riverains, c’est toute l’île qui s’exaspère.

Texte & photos : Marina Rafenberg « 27 000 places d’hébergements sur l’île et le continent sont censées avoir été créées à la fin novembre, pour permettre aux personnes les plus fragiles de sortir du camp », explique Astrid Castelein, la directrice du bureau du HCR à Lesbos. Si les conditions désastreuses du camp de Moria sont en partie dues à la désorganisation des services administratifs grecs, elle reconnaît que « l’engorgement est aussi dû aux prérogatives européennes et à l’accord signé entre l’UE et la Turquie qui spécifie que toutes les procédures de l’asile doivent avoir lieu sur les îles ». Un accord décidé à Bruxelles qui n’est pas (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous