Kosovo : le scandale des faux vétérans de l’UÇK

| |

Ils n’étaient pas plus de 13 000 volontaires à combattre dans les rangs de l’UÇK. Et pourtant, l’État du Kosovo indemnise plus de 36 000 anciens combattants. Une enquête sur les « faux vétérans » a bien été ouverte, mais elle patine à cause des pressions politiques. Des députés du PDK ont même reconnu avoir inventé des brigades qui n’ont jamais existé...

Par Arian Lumezi C’était un jour de novembre 2012. Hashim Thaçi, qui dirigeait alors le gouvernement, et Agim Çeku, son ministre en charge des Forces de sécurité (FSK), furent les premiers à inscrire leurs noms sur une liste censée recenser les anciens combattants de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK). Six ans plus tard, cette liste n’a cessé de s’allonger et le scandale des « faux vétérans » de l’UÇK fait tanguer le Kosovo depuis le milieu de l’été. Douze cadres proches du pouvoir sont accusés d’avoir accordé des dizaines de milliers de pensions de guerre indues. Ces largesses auraient coûté plusieurs dizaines de millions d’euros aux finances (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous