Kosovo : journaliste, un métier à risques

| | |

Marqué par les conflits politiques, les scandales de corruption et les problèmes sociaux, le Kosovo conserve malgré tout une scène médiatique relativement vivante. Mais exercer le métier de journaliste et informer l’opinion publique comporte néanmoins bien des dangers. Analyse.

Par Eurisa Rukovci Au Kosovo, d’un point de vue juridique, les libertés de parole, journalistique et d’informer ne sont pas remises en causes, mais protégées par la législation nationale. Comme dans d’autres pays, ces libertés sont inscrites dans la Constitution. À juste titre : il s’agit de bases sur lesquelles doit être établie la possibilité pour les citoyens de s’informer sur les événements qui influent sur leur quotidien, et de contrôler les responsables publics. À l’origine de ce processus d’information, les journalistes. Malheureusement, au Kosovo, leur travail est encore trop souvent marqué par la violence, les menaces et intimidations. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous