Kosovo : malgré l’impasse politique, reprendre le dialogue avec la Serbie ?

| |

Le Kosovo n’a pas de gouvernement et n’est pas près d’en avoir un. Le Parlement n’a pas élu son président, et n’est pas près de le faire. Pourtant, le Président de la République Hashim Thaçi a rencontré son homologue serbe Alexandar Vučić, annonçant la reprise du dialogue avec Belgrade. Une initiative vivement contestée tant par Vetëvendosje que par la LDK.

Par Hysni Bajraktari « Des bandits et des criminels » : telles sont les dernières accusations lancées par Isa Mustafa, chef de la Ligue démocratique du Kosovo (LDK) et toujours Premier ministre par intérim, à l’attention de Vetëvendosje et de la « Coalition des commandants », qui réunit le Parti démocratique du Kosovo (PDK), l’Alliance pour l’avenir du Kosovo (AAK) et l’Initiative pour le Kosovo (Nisma për Kosovën). Ces propos ont surpris, alors que le Kosovo se débat en pleine crise institutionnelle, depuis les législatives anticipées du 11 juin. Arrivée en tête, avec 39 députés sur 120, la Coalition n’a pas réussi à former une majorité (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous