Nouveau gouvernement au Kosovo : la « coalition des commandants » se casse encore les dents

| |

Deux mois après les législatives anticipées du 11 juin, le Kosovo n’a toujours pas de gouvernement. Jeudi, la coalition formée par les anciens chefs de l’UÇK a montré toutes ses limites. Le spectre de nouvelles élections se rapprochent, les chancelleries occidentales s’inquiètent.

Par Hysni Bajraktari La coalition PAN - acronyme des trois partis qui la forment : Parti démocratique du Kosovo (PDK), l’Alliance pour l’avenir du Kosovo (AAK) et l’Initiative pour le Kosovo (Nisma) - a montré toutes ses limites lors de la séance parlementaire constitutive de jeudi. Faute de rassembler suffisamment de voix, les partis des anciens commandants de l’UÇK ont dû renoncer à élire le président du Parlement. En tant que vainqueur des législatives, ce sont eux qui ont la charge de présenter un candidat à cette fonction. Or, depuis leur victoire étriquée aux législatives anticipées du 11 juin, le PDK, l’AAK et Nisma sont incapables (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous