Kosovo : 2019, année « historique » pour la « correction des frontières » avec la Serbie ?

| |

Le Président kosovar Hashim Thaçi l’a promis, 2019 sera « l’année de la décision historique ». Soutenue par Donald Trump pour parvenir à une « paix acceptable », la correction des frontières entre Belgrade et Pristina suscite pourtant de nombreuses oppositions au Kosovo, au sein même de l’exécutif. Chacun fait monter les enchères sur fond de crise sur les taxes douanières.

Par H. B. Division, échanges des territoires, autonomie, reconnaissance, échec. Les mots rebondissent au Kosovo, au seuil de l’éventuel « dialogue final » avec la Serbie. Plusieurs mois après que le Président du Kosovo Hashim Thaçi a lancé l’expression « correction de frontières », bientôt suivi par son homologue serbe Aleksandar Vučić, le processus commence se préciser en ce début d’année, au cours de laquelle l’accord « historique » entre le Kosovo et la Serbie pourrait être signé. Alors que plusieurs croyaient à un « accord secret » entre Hashim Thaçi et Aleksandar Vučić, voire Edi Rama, le Président américain, Donald Trump, a remis les pendules à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous